Dans la ville aux cent clochers

Pour continuer sur le chemin de mes découvertes, j’ai choisi de poser ma valise pendant quelques jours dans la capitale de la République Tchèque : Prague. A vrai dire, j’avais souvent entendu parler en bien de cette capitale encore méconnue. Après avoir visité Vienne en Autriche, Bratislava en Slovaquie et Budapest en Hongrie l’année dernière, je me devais de continuer l’exploration des capitales d’Europe centrale. J’insiste sur le mot « centrale » car même si pour nous, Français, il nous arrive de qualifier Prague de capitale d’un pays d’Europe de l’Est, sache qu’il n’en est pas du tout du goût des Tchèques. Prague est donc en Europe centrale et non pas en Europe de l’Est. Tour à tour, cité royale puis ville impériale avant de sombrer dans une certaine léthargie, Prague a su renaître et s’imposer comme la capitale moderne d’un État relativement neuf en Europe. Quiconque visite la ville sera surpris par ses richesses architecturales, depuis les façades baroques extrêmement colorées jusqu’aux bâtiments noirs qui mériteraient un sérieux ravalement de façade. Sans oublier une …

Sur les traces de Cyrus et d’Alexandre le Grand

Je dois avouer que j’aime sortir des sentiers battus quand il s’agit de partir à l’aventure à l’étranger. Après avoir exploré les routes d’Amérique centrale en novembre 2015, j’ai choisi de partir à la découverte du Moyen-Orient et de me rendre en Iran. Seul. Et là, je sens arriver tes questions. Pourquoi aller dans un pays catégorisé comme Axe du Mal par les États-Unis ? Dans un pays où les femmes semblent être excessivement opprimées, où la démocratie n’existe pas et où les homosexuels finissent emprisonnés, voire condamnés à mort dans le pire des cas ? Cette destination a été le fruit d’une réflexion intense, parfois incomprise d’un grand nombre de mes proches. Quand je disais partir pour deux semaines de vacances en Iran, les conversations connaissaient un blanc pendant 5 bonnes secondes. Après avoir parcouru plusieurs forums de voyageurs ainsi que m’être procuré plusieurs livres sur le pays, j’ai arrêté cette décision en mars, bien décidé à vérifier par moi-même si cette mauvaise réputation était réalité. Si tu souhaites franchir le cap et t’envoler …

Périple en Extrême-Occident

Palais de la Bahia - Marrakech - MarocAlors que j’avais déjà posé plusieurs fois les pieds sur le continent américain et pour la première fois en Asie l’année dernière, je m’étais promis d’explorer une partie de l’Afrique avant mes 30 ans. Histoire de marquer le coup et d’avoir visité tous les continents sauf l’Océanie avant la nouvelle décennie qui apportera aussi, je l’espère, son lot de belles destinations de voyages. Bénéficiant d’un chômage qui s’éternise bien malgré moi, j’ai décidé de fuir la relative fraîcheur de ce printemps parisien. Après avoir jeté un œil aux tarifs de certaines destinations, j’ai finalement arrêté mon choix sur le Maroc. Destination Marrakech pour une semaine. En effet, j’éprouvais le besoin d’explorer le sud du bassin méditerranéen et aussi de me confronter au monde musulman. Étant donné que la situation politique est actuellement relativement difficile en Tunisie et en Égypte et vraiment impossible en Libye, il ne me restait guère plus de choix que le Royaume de Mohammed VI. Sans oublier non plus l’envie de tordre le coup à des idées reçues et des stéréotypes que …

Fabriqué en France

Le Slip français sur une plage de galetsDerrière ces trois mots se cache une étiquette que de plus en plus de Français semblent traquer. J’en fais partie. Je ne compte plus les innombrables tee-shirts ou chaussettes achetés à bas prix, fabriqués en Chine ou au Bangladesh et qui ont perdu leur forme et leurs couleurs au bout de trois ou quatre lavages. J’ai bien essayé de monter en gamme, mais honnêtement comment justifier que des vêtements fabriqués dans des pays lointains, tant géographiquement que socialement, puissent être vendus parfois plusieurs centaines d’euros, tout ça sur le dos d’ouvriers surexploités ? Sans compter qu’au bout d’un an, je pouvais tout simplement m’en servir comme chiffon ou les donner au recyclage tellement leur qualité était médiocre. Inutile de préciser que ces productions se font effectivement dans des pays où les acquis salariaux sont bien moindres et les contrôles environnementaux souvent inexistants. Certes, j’étais un peu réticent à l’idée de mettre huit ou neuf euros dans une seule paire de chaussettes fabriquée en France quand j’aurais pu en acheter dix chez H&M pour le même …

La mort au bout d’une fourchette

Escherichia coliLa plupart d’entre nous a déjà vécu la fâcheuse aventure qui consiste à découvrir un aliment en état de décomposition dans son réfrigérateur. Mais le fait est qu’il s’agit d’une épreuve encore plus désagréable quand on le constate dans les rayons de son supermarché habituel. Le fromage râpé encore consommable pendant 25 jours qui affiche déjà une jolie couleur bleu-vert, la viande qui semble partager un point commun avec le nom de la Première dame de France ou encore certains fruits qui offrent une qualité inversement proportionnelle à leur prix de vente qui frise actuellement des records sur les étals. Loin de moi l’envie de stigmatiser une enseigne en particulier je dois quand même bien avouer que les problèmes de rupture de chaîne du froid semblent de plus en plus fréquents. A vrai dire que sais-tu réellement sur ce que nous mangeons ? Le débat semble relancé après une certaine accalmie qui avait suivi des années de méfiance, suite aux scandales alimentaires de la vache folle, du poulet à la dioxine ou encore du poisson …

Gratuité culturelle parisienne

Bastille vu depuis le Port de l'ArsenalSurfant sur la mode du « gratuit« , à savoir les journaux gratuits, les produits gratuits et bien d’autres encore, le gouvernement français a récemment décidé de rendre gratuit l’accès aux collections permanentes des principaux musées nationaux, du moins pour les personnes âgées de moins de 26 ans et originaires de l’Union Européenne. La mesure, honorable certes, me laisse quelque peu dubitatif sur le manque à gagner pour l’entretien, le fonctionnement, les restaurations et bien entendu les nouvelles acquisitions des musées français. Tout d’abord, je trouve quelque peu anormal d’accorder cette gratuité à des jeunes dont les parents ne s’acquittent pas de leurs impôts en France. Dans une toute autre optique, bon nombre de pays pratiquent la gratuité pour les jeunes, voire toutes les personnes possédant la nationalité du pays en question, mais font contribuer plus fortement les touristes à l’effort de préservation et d’enrichissement des principaux lieux culturels. Les musées russes, dont le célèbre Ermitage à Saint-Pétersbourg, sont totalement gratuits pour les ressortissants russes alors que les touristes étrangers participent plus fortement, notamment …

Luxe, raffinement & tasses de thé

Rame de TGV à l'arrêtDepuis un mois, mon quotidien se résume à mon travail, mes allers-retours en TGV, mes jours de congés passés à dormir et profiter de mon temps libre. Je n’irais pas jusqu’à dire que chaque jour est une partie de plaisir mais globalement j’aime ce que je fais. Le 260 Faubourg Saint-Honoré ne désemplit quasiment jamais sauf lors des dimanches froids et pluvieux. Puis, il y a quelques plaisirs quotidiens comme ceux de pouvoir prendre sa pause déjeuner en admirant l’Arc de Triomphe ou bien encore de s’asseoir dans le Parc Monceau, le visage à peine réchauffé par le faible soleil hivernal. Viennent aussi les clients de tout horizon, dépensant vingt euros ou presque autant que mon salaire mensuel, simples inconnus ou vedettes du petit écran. C’est ainsi que je me suis retrouvé à servir Yoann Sover un samedi après-midi et Carole Rousseau un jeudi soir. Soit dit en passant cette dernière est encore plus belle en vrai qu’à la télévision : une femme d’environ un mètre quatre-vingts et aux magnifiques cheveux châtains, à la beauté …

La tentation du sucre

Macarons multicoloresCet évènement peut arriver à tout le monde, à n’importe quel moment. Une envie irrésistible et incontrôlable. Je ne parle pas d’un désir qui se manifeste par une érection ou une culotte humide quand tu croises une magnifique créature au détour d’une rue mais plutôt par une attraction démesurée vers la nourriture et plus particulièrement à destination des mets sucrés. Macarons, glaces, bonbons, profiteroles, gâteaux, tartes, sirops, sorbets, guimauves et chocolat ont de beaux jours devant eux. Et pourtant le culte du corps te tiraille : attention à cette fraise Tagada qui sitôt engloutie apparaîtra dès demain sur tes hanches ou non loin de ton nombril. Parfois l’appel du cœur et des papilles se fait plus fort que ta raison : tu craques. A chacun sa manière, à chacun son moment. Cela peut passer par un carré de chocolat discrètement dérobé dans la porte du réfrigérateur à la lumière de la Lune qui luit au dehors par cette nuit glaciale à l’engloutissement complet d’un paquet de biscuits devant ton téléviseur en moins de dix minutes …