Embouteillages en vue

Embouteillages à BruxellesLe réseau de transports en commun de la capitale belge est extrêmement mal adapté pour une ville qui compte moins d’habitants que Paris mais sur un territoire beaucoup plus vaste. Le faible nombre de lignes de métro ne fait qu’accentuer les problèmes. Aux heures de pointe, les bus se retrouvent coincés dans les embouteillages, les tramways sont eux aussi souvent bloqués par des voitures empiétant sur leurs voies et la régularité et la fréquence des transports est catastrophique d’une manière générale. Demandez un peu à quelques utilisateurs combien de temps ils ont pu attendre un tram, un métro ou un bus ? J’espère que les politiques belges auront la décence de voter massivement la construction rapide de nouvelles lignes de métro surtout sur un axe Nord-Sud, mais aussi une autre ligne de rocade sur la Grande Ceinture, sans oublier que la STIB devrait améliorer radicalement les fréquences des différents moyens de transports et repenser totalement sa communication qui ne mérite rien d’autre qu’un zéro pointé. Forcez un peu les Belges à abandonner leurs voitures et donnez-leur l’envie d’utiliser des transports en commun rapides et confortables ! De même, il serait bon de rénover les stations de métro dans d’autres coloris que l’orange, le marron et le gris, pour changer l’ambiance déprimante qui règne à l’intérieur de la plupart des stations. Quid d’une station Schuman bleue avec des frises colorées rappelant l’histoire de la construction européenne ? Ou encore une station Parc verte, décorée d’arbres, recréant l’ambiance du magnifique Parc Royal ?

Serres royales de Laeken
Tous ces problèmes de mobilité à Bruxelles ne m’ont pas empêché de perdre près d’une heure aller, puis une heure retour, pour me rendre à l’extrême Nord de la capitale, afin de visiter les Serres Royales de Laeken, véritables bijoux d’innovation architecturale à l’époque de leur construction. Mélange harmonieux de verre et d’acier, elles font partie intégrale du Domaine Royal belge et ne sont ouvertes que trois semaines par an, d’environ mi-avril à début mai. Dès lors, inutile de te préciser qu’il se forme parfois de longues files d’attente aux grilles du Palais royal. La visite n’est certes pas gratuite mais les fonds récoltés sont intégralement consacrés à des œuvres caritatives. Revenons-en aux Serres : à proprement parlé, il s’agit plus d’un gigantesque complexe de pavillons, de galeries et de rues couvertes, qui abritent une collection de palmiers, d’orangers, de fougères, d’azalées, de fuchsias, d’oiseaux de paradis ou encore d’autres plantes rares d’une valeur inestimable, dont certaines furent ramenées d’expéditions au Congo belge, sous Léopold II, à la fin du XIXème siècle. S’il te prend l’envie de tenter l’expérience de cette visite, il est bon de savoir que non loin de là se trouvent aussi deux autres curiosités que renferme Bruxelles : le Pavillon chinois et la Tour japonaise. Ces constructions sont assez dépaysantes et leur visite par temps ensoleillé t’emporterait presque en Asie le temps de quelques heures, tant il est tout à fait inhabituel de croiser ce genre d’architecture en Europe occidentale.

Pavillon chinois & Tour japonaise - Bruxelles

Pour en revenir aux problèmes de la mobilité à Bruxelles, je voudrais aussi souligner la grande dangerosité de traverser une rue à Bruxelles, surtout face à la grande nervosité de conducteurs qui se croient tout-puissants au volant de leur tout-terrains, absolument inutiles en ville, et de leurs grosses cylindrées polluantes. Même si un piéton a la priorité, il se fera bien souvent klaxonner ou insulter car il ne traverse pas assez vite au goût du conducteur ou bien parce qu’il n’avait qu’à attendre pour se jeter sous une autre voiture afin de franchir un passage protégé. Si tu préfères développer tes cuisses plus rapidement, le fameux concept du Vélib parisien vient de franchir la frontière et s’exporte à Bruxelles sous le nom de Villo. Cependant même s’il dispose de quelques stations à Saint-Gilles et Anderlecht, il est encore vraiment trop limité à Bruxelles-Ville. Il doit être développé intensément, rapidement et uniformément dans toute la région de Bruxelles-Capitale pour connaître le même engouement qu’à Paris, sous peine d’un fiasco retentissant qui lui pend déjà au nez, malheureusement. Avec des transports en commun ayant bien du mal à conjuguer rapidité et efficacité, de nombreuses voitures s’entassant dans des embouteillages monstres et une part accordée aux vélos réduite à peau de chagrin, le bilan est bien négatif pour la capitale de la Belgique et la capitale d’une Europe qui se veut être à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique : à quand une vraie prise de conscience qu’il y a urgence à agir et à changer les comportements des populations, sous peine d’une paralysie de la ville mais aussi de l’économie de tout un pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.